Le désaisonnement par traitement lumineux

De La-chevre.

POURQUOI LE TRAITEMENT LUMINEUX ?


Les variations saisonnières de l’activité sexuelle de la chèvre et du bouc sont étroitement liées à la variation de la durée de la phase claire et de la phase sombre des jours.
La chèvre a une activité sexuelle quand elle secrète suffisamment de mélatonine (sécrétion suffisante quand les nuits sont longues après une période de nuits courtes).
En modifiant la durée d’éclairement on peut donc stimuler l’activité sexuelle en dehors de la saison naturelle.


COMMENT FAIRE ?

En simulant les jours longs (et/ou les jours courts) et en les alternant.

  • Simulation d’un jour long. En pratique, dans un bâtiment ouvert (dans lequel les animaux continuent à percevoir la lumière naturelle), du fait du déplacement quotidien de l’aube, il est conseillé de réaliser une aube fixe artificielle. On pourra par exemple éclairer les animaux de 6 heures à 9 heures du matin. L’éclairement d’une période privilégiée au cours de la nuit (16 à 18 heures après l’aube fixe) est ensuite suffisant pour que les animaux aient l’impression d’être en jour long. On réalisera donc un flash de 2 heures entre 22 et 24 heures.
  • Simulation d’un jourcourt. Pour réaliser artificiellement des jours courts dans un bâtiment ouvert, on ne dispose que du traitement pharmacologique avec la mélatonine sous forme d’implant.

A noter que selon la période de reproduction choisie, il pourra être possible de bénéficier des jours courts ou des jours longs naturels (par exemple si les flashs des jours longs s’arrêtent au 28 février, on pourra encore bénéficier des jours courts naturels).


  • Calendrier du traitement. La durée du traitement jours longs doit être de 75 jours minimum (90 jours recommandés). L’introduction des boucs peut avoir lieu entre 30 et 70 jours à partir de la fin des jours longs
    (60 jours recommandés). Le pic de fécondation a lieu entre 5 et 15 jours après l’introduction des mâles.

Proposition pour des saillies en avril :
– Du 15/11 au 15/02 - Traitement jours longs avec 2 phases d’éclairage.
– Du 16/02 au 15/05 - Jours courts sans recours à la mélatonine.
On bénéficie des jours courts naturels.
– Fin mars - Introduction des boucs.

Proposition pour des saillies en juin :
– Du 15/01 au 15/04 - Traitement jours longs avec 2 phases d’éclairage.
– Du 16/04 au 15/06 - Jours courts avec utilisation de la mélatonine
ou assombrissement des bâtiments.
– Fin mai - Introduction des boucs.


RECOMMANDATIONS PRATIQUES

­ Sur la mise à la reproduction avec des saillies naturelles :

  • Pour l’efficacité du traitement, il est nécessaire d’utiliser « l’effet bouc ». Ces derniers devront avoir subi le même traitement jours longs / jours courts que les chèvres. Les boucs et les chèvres peuvent rester dans le même bâtiment pendant les jours longs, mais doivent impérativement être séparés pendant les jours courts.
  • Introduction d’un bouc pour15 à 20 femelles (soit 1,5 à 2fois plus que pour des saillies en saison naturelle).
  • Présence du bouc au milieu des chèvres 24 h/24.
  • 3 implants par bouc et 60 jours de traitement jours courts sont nécessaires aux boucs pour être en pleine activité (durée de la spermatogenèse). Les chèvres n’ayant besoin que de 45 jours de jours courts, il est conseillé de commencer le traitement lumineux des boucs 2 semaines avant celui des chèvres.


­ Sur la mise à la reproduction avec des lots d’IA :

  • Avec l’utilisation du traitement lumineux, il est recommandé de réduire de 100 UI la dose de PMSG utilisée pour la synchronisation. L’insémination peut avoir lieu minimum 40 jours après l’arrêt du traitement lumineux.


­ Avoir 2 lots de mises-bas sans pouvoir séparer physiquement les animaux :
Les animaux restant dans le même bâtiment vont tous subir le traitement jours longs.
L’utilisation de mélatonine est obligatoire pour le premier lot.

­ Echographie :

  • Réaliser une échographie avant le début de la mise à la reproduction pour détecter les pseudo-gestantes.
  • Réaliser une seconde échographie 40 jours après la fin de la période des saillies pour connaître les chèvres gestantes.


Utiliser le traitement lumineux pour la première fois :
3 solutions pour passer d’un troupeau à mises-bas en saison à un troupeau désaisonné.

  • Procéder par pallier en avançant la date des saillies de 21 jours par campagne. Les lactations seront alors de 7 à 8 mois.
  • Réaliser des lactations écourtées (tarissement à 6 mois). Les animaux à haut niveau de lactation risquent d’être difficiles à tarir, on privilégiera les animaux à faible niveau de production. Attention cependant à la perte de lait importante qui va en résulter sur au moins deux campagnes. Cette technique est à proscrire sur les primipares.
  • Effectuer une lactation longue (18 mois) pour les plus fortes laitières.


Ces 2 dernières méthodes entraînent des perturbations de la reproduction : ces animaux ne pourront pas être inséminés les 2 années suivantes…

­ Sur le système d’exploitation :

  • Dans les systèmes en zéro pâturage ou systèmes avec pâturage, le traitement lumineux est réalisable. Penser tout de même que dans le cas de système avec pâturage, l’influence du  milieu naturel sur le comportement des chèvres est forte.


­ Sur l’éclairement :

  • Il peut être réalisé avec des tubes néon fluorescents. Les lampes halogènes sont déconseillées. Il faut veiller à ne pas placer les lampes à plus de 3,5 mètres de haut et les nettoyer régulièrement.
  • Un programmateur (coût : 90 euros) permet une grande régularité dans l’éclairement.
  • L’intensité lumineuse doit être de 200 lux au niveau des yeux des animaux (soit 5 à 7W / m2) .Un luxmètre permet de la contrôler. La mesure est à réaliser après la tombée du jour.­


Sur la mélatonine :

  • Elle est utilisée sous forme d’implant (Melovine®). L’implant biodégradable est posé à la base de l’oreille.
  •  3 implants sont nécessaires pour les boucs, 1 implant pour les chèvres et les chevrettes.



EFFETS POSSIBLES DU TRAITEMENT LUMINEUX


  • Perte des poils. Celle-ci semble plus marquée avec l’utilisation de lampes halogènes.
  • Reprisepossiblede l’activitésexuelleaprèslesmises-basd’automne:re-démarrerlesflashs1 mois après celles-ci en vérifiant que la période de jours longs ne dépasse pas 5 mois.
  • Si le traitement est appliqué en début de lactation, on peut observer une augmentation de l’ingestion.
  • Impact positif sur les taux.



COÛT DU TRAITEMENT LUMINEUX


  • Il dépend bien entendu de la surface du bâtiment à aménager, du type d’installation électrique pré-existant…
  •  Le coût des implants de mélatonine varie selon le lieu d’achat.


RÉSULTATS


L’association « traitement lumineux » et « effet bouc » avec des mâles traités, permet d’induire une activité cyclique en pleine contre saison. Cette technique est complémentaire de l’insémination artificielle en contre-saison.
Le respect de l’ensemble des règles et préconisations techniques permet d’obtenir des niveaux de fertilité très élevés, proches de ceux observés en saison naturelle.



Revenir à la page Reproduction