Le traitement hormonal d’induction et de synchronisation des chaleurs

De La-chevre.

POURQUOI LE TRAITEMENT HORMONAL ?

Le traitement hormonal d’induction consiste à mimer certains des mécanismes endocriniens qui contrôlent le cycle sexuel afin d’induire l’ovulation et l’activité sexuelle à un moment choisi par l’éleveur et chez plusieurs chèvres traitées simultanément.

Les traitements hormonaux servent donc :

  • A rendre possible la reproduction en période de repos sexuel.
  • A synchroniser le moment d’apparition des chaleurs (suivi d’une ovulation).

A noter que l’obligation de synchroniser les femelles dans la pratique de l’IA est indispensable pour l’organisation du chantier d’insémination. Elle n’a pas de caractère obligatoire dans le cas de saillies naturelles en saison sexuelle.

COMMENT FAIRE ?

Les caractéristiques des traitements d’induction et de synchronisation ont été définies à la suite de nombreuses expériences. Toute modification dans la mise en place du protocole risque de conduire à un échec de la reproduction. Une application rigoureuse de ce traitement est donc nécessaire.

Le protocole actuellement utilisé est le suivant :

  • jr 0 :pose de l'éponge (45mg de FGA, chèvre; 40mg de FGA, chevrette)
  • jr 9 : 'injections'intramusculairee (PMSG et cloprosténol)
  • jr 11 (+/- 1 jr) : retrait de l'éponge (+/- 48 h après l'injection)
  • jr 12 : détection des chaleurs (28 à 30 h après le retrait de l'éponge)
  • jr 13 : insémination (43 h +/- 2 h après le retrait de l'éponge)

Pour les saillies naturelles, 2 saillies sont réalisables :

  • La 1re : 36 h, la 2e : 48 h après le retrait de l’éponge.


Les doses de PMSG sont fonction de la période de traitement, de la parité des femelles et du niveau de la production laitière quotidienne durant le mois qui précède le traitement.


Parité
Production laitière
Reproduction avant le 15/06
Reproduction après le 16/06

Primipares

Multipares

Nullipares



>3,5kg/jr


<=3,5kg/jr

/




600 UI


500 UI

300 UI



500 UI(*)

400 UI(*)

250 UI


(*) Si un programme lumineux a été pratiqué au lot de chèvres, il est recommandé de baisser de 100 UI les dosages de PMSG.

Quel que soit le dosage PMSG utilisé, elle doit être dissoute dans 2 ml de solvant.







Ces produits sont délivrés sur ordonnance. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire ou à votre inséminateur.


RECOMMANDATIONS PRATIQUES

­ Conservation des produits de traitements :

Pour conserver l’efficacité des produits, il est obligatoire de stocker :

  • les éponges et les flacons de prostaglandine (cloprosténol) à l’abri de la lumière et au sec,
  • la PMSG à une température comprise entre 4 et 8°C.

Il est par ailleurs nécessaire de vérifier la date limite d’utilisation des produits avant leur
administration. En cas de dépassement, le produit ne doit pas être utilisé.


­ Pose de l’éponge vaginale :
L’éponge peut se coller et provoquer des infections vaginales. Il est donc nécessaire d’appliquer un antibiotique sur l’éponge. Entre chaque pose, l’applicateur doit être désinfecté dans une solution antiseptique.


Aiguilles et seringues :
Les injections se font en intra-musculaire.
Pour éviter toutes propagations de maladies, il est préférable d’utiliser des seringues et des aiguilles à usage unique. Deux sortes de seringues sont nécessaires : une pour la PMSG (5 ml), une pour le cloprosténol (1 ml - seringue à tuberculine).

­ En cas de saillies naturelles ou de monte en main :

  • Le nombre de saillies est limité de 3 à 6 par jour (selon l’état et l’âge du bouc).
  • Une échographie 40 jours après la dernière saillie est recommandée afin de détecter les chèvres vides.
  • La préparation des boucs se démarre 2 à 2,5 mois avant les saillies (alimentation, vitamines, déparasitage…).

­ En cas d’insémination artificielle :
Le choix des femelles à inséminer est primordial.

 Pour les chèvres :
• Elles doivent avoir mis bas et ne pas avoir avorté lors de la campagne précédente.
• Ne pas remettre à l’insémination les chèvres n’ayant pas été fécondées avec cette technique l’année précédente.
• Le jour de l’insémination, elles devront avoir mis bas depuis au minimum 190 jours (maximum avance d’un cycle par an).
• Une échographie avant la mise à la reproduction permet d’écarter les pseudo-gestantes.
• La détection des chaleurs doit être finie 30 heures après le retrait des éponges pour ne pas inséminer les chèvres n’ayant pas leur chaleur suffisamment tôt. Les animaux qui auront des chaleurs trop tardives seront saillis par les boucs de l’élevage (à condition qu’ils aient été préparés).


 Pour les chevrettes :
• L’insémination n’est pas conseillée (fertilité trop variable dépendant de la période d’élevage).
• Elles doivent être âgées d’au moins 8 mois et avoir un développement suffisant (poids minimum conseillé : 32 kg lors de l’insémination).
• La rupture de l’hymen, 10 jours avant la pose d’éponge est obligatoire.



EFFETS POSSIBLES DU TRAITEMENT HORMONAL

La répétition des traitements d’induction / synchronisation des chaleurs peut provoquer une augmentation de la concentration d’anticorps anti-PMSG, ce qui diminue l’effet de l’hormone (ovulation trop tardive, baisse de la fertilité). D’un point de vue pratique, il faut donc éviter de traiter une chèvre plus d’une fois par an.
Trois traitements dans la carrière d’une chèvre semblent un maximum.


RÉSULTATS


Après un traitement hormonal, la fertilité moyenne sur IA est d’environ 65%.
On observe cependant une variabilité très importante (25 à 85% de réussite) selon les lots et les élevages.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces variations :

  • Le choix des chèvres.
  • La détection des chèvres en pseudo-gestation avant la pose des éponges.
  • Le nombre d’animaux repérés en chaleur après le retrait des éponges.
  • Les conditions d’élevage. Plusieurs sources de stress peuvent provoquer une baisse de la fertilité. Ainsi durant le mois qui précède la reproduction et celui qui suit, il est préférable d’éviter les transitions alimentaires, les vaccinations, les traitements anti-parsitaires, la taille des onglons, les changements de lots ou de bâtiments, …
  • Les conditions de réalisation du traitement.



Revenir à la page Reproduction